Essai détaillé Mazzer Super Jolly Doserless

Le Mazzer Super Jolly Electronic est la version doserless du broyeur de même nom. De part sa capacité (environ 3kg/jour), son positionnement (moins de 600€) et sa fiabilité reconnue, le Super Jolly à doseur est très diffusé, et également le plus grand succès commercial de la marque vénitienne.

Inventé par Mahlkönig, le “grind on demand”, littéralement “broyer à la demande”, permet de moudre la juste quantité pour son shot d’espresso. Utilisé de façon classique, un moulin à doseur est un destructeur d’arômes : le CO2 s’échappe de la mouture et le caffeol (huile de café) s’oxyde en quelques minutes. C’est pour cette raison que les Barista effectuent le désormais fameux mouvement de va et vient typique avec la manette du doseur. Les moulins doserless ont été conçus afin d’éviter ces désagréments.

Contrairement au Mini, le Super Jolly n’a droit qu’à une seule version qui correspond au modèle A chez son petit frère : la panneau de commande est situé sur le cône de sortie (le type B est commandé par un bouton activé par le porte-filtre), avec l’avantage (droit d’ainesse) d’avoir un réglage de timer digital bien plus pratique que les potentiomètres gradués.

Mise à jour : désormais, le mini modèle A dispose également d’un réglage de timer digital.

En détail

Notre modèle cède à la tendance et inaugure un nouveau noir mat de toute beauté. À voir dans le temps, mais celle-ci semble être plus fragile que l’ancien noir satiné. La trémie est celle du mini (600g) qui est parfaitement adaptable, celle d’origine offre 1,2kg de contenance. Elle permet de réduire la hauteur du moulin de 61 à 54cm.

Comme le modèle à doseur, le Super Jolly Electronic est doté d’un moteur de 350W afin d’entraîner des meules plates de 64mm de diamètre (référence 33M). Ce type de meule permet d’avoir moins de rétention que les coniques. C’est pour cette raison que Mahlkönig refuse de les utiliser. Néanmoins, les meules coniques sont intéressantes car en tournant lentement (environ 400tr/min contre 1400tr/min), elles chauffent moins la mouture. Conclusion : ces broyeurs ont leur place lorsque le débit est important (plus de 3kg/jour) ou en cas de période de rush.

Comme la version doseur, le Super Jolly Doserless broie à un débit moyen de 1,75g/s, soit un peu plus de 10 secondes pour délivrer une dose médiane de 18g.

Curieusement, le cycle de fonctionnement est 20s ON/30s OFF contre 50s ON/50s OFF pour le modèle doseur. Pourtant, ils partagent la même mécanique (moteur et meules).

En fonctionnement, l’affichage permet de comptabiliser le nombre de doses broyées (non incrémenté en utilisation manuelle).

En entrant dans le menu, on a accès au réglage des doses en temps avec une précision de 0,05s soit environ 0,1g.

Un joint assure le contact entre le panneau de commande et le cône.

Un élément de sécurité.

Mazzer a breveté un système de grille permettant de limiter les grumeaux en sortie de tunnel qui sont préjudiciables pour une bonne distribution, et qui favoriseraient l’apparition de failles (phénomène de « channeling » en anglais). L’eau pressurisée étant paresseuse, elle cherche à passer à travers le chemin offrant le moins de résistance en empruntant ces failles. Il en résulte une extraction hétérogène.

La fameuse grille anti-grumeaux. Certains Barista la supprime afin d’avoir une meilleure accessibilité pour le nettoyage du tunnel.

Le brevet déposé aux USA.

Chez Mahlkönig, l’Ingénieur Philipp Mayr (voir article) utilise un clapet en silicone (flapper) pour arriver au même résultat.

La fourchette et le voyant d’alimentation.

Réglage continu de la mouture

Comme sur tous les Mazzer, le système de réglage de la mouture a fait ses preuves. Une mécanique de précision bien conçue et admirablement fabriquée, qui permet un réglage continu stable et précis.

La finesse de mouture s’ajuste de façon continue en agissant sur le volant de régulation. Surement pas le système le plus simple à prendre en main, mais redoutable de précision et de stabilité.

Chez beaucoup de concurrents, la meule supérieure (meule fixe) est fixée sur un support utilisant un système vis-écrou. En agissant sur ce support, on écarte ou on approche la meule supérieure de la meule inférieure positionnée sur l’axe moteur (meule mobile). Cette conception est imprécise car techniquement parlant, on ne conçoit pas une mise en position par un filetage.

Sur les Mazzer, le système de régulation micrométrique de la mouture en continu se compose de deux pièces principales. Un porte-meule qui translate par rapport au bâti. Et un volant de régulation qui presse ce porte-meule, et qui est en liaison vis-écrou avec le bâti. C’est sur ce volant de régulation que le Barista agit. Le porte-meule est précontraint par 3 ressorts hélicoïdaux qui ont pour avantage d’annuler le jeu axial du mécanisme. On obtient une régularité sans équivalent. Deuxième avantage, la meule fixe est mise en position grâce à des surfaces de contacts et non pas avec un filetage comme sur un moulin conventionnel.

La meule mobile des Super Jolly tourne avec une redoutable précision (moins de 0,03 de mm de battement !). La chambre a peu de volumes morts, avec à peine 2g de rétention.

Le porte-meule et le volant de régulation.

Le système assemblé : le porte-meule précontraint par 3 ressorts qui translate par rapport au moulin, et le volant de régulation.

Utilisation

Le réglages des timers permet d’ajuster les doses distribuées. Pour une dose souhaitée de 18g, voici la régularité sur dix doses : 18g, 18g, 18,9g, 18g, 18,7g, 18g, 18g, 18,2g, 17,9g, 18,5g. Le système est assez répétable, la cible étant atteinte au 1/10 de g pour plus de la moitié des doses.

Ce système a une limite : le débit de broyage variant avec l’écartement des meules (réglage de finesse, plus on broie finement, plus le débit diminue et inversement), il faut réajuster le timer après toute intervention sur le volant de régulation. En s’aidant d’un produit en croix, la dose étant proportionnelle au temps.

Conclusion

Cette version doserless du Super Jolly ne déçoit pas. On retrouve les qualités connues du moulin phare de Mazzer, à savoir performances, ergonomie, fiabilité. Seul le positionnement tarifaire semble ambitieux, près de 1000€, contre moins de 600€ pour le modèle doseur. Surtout qu’il n’est pas dit que cette version “electronic” coûte plus cher à fabriquer (même en incluant l’amortissement de sa conception). Ça doit être ce que l’on appelle l’offre et la demande…

19 commentaires

  1. alexis dit :

    Bonsoir Sébastien,

    juste une petite question entre le SJ et le Evo64:

    Le système de réglage de la finesse de la mouture est-il identique entre ces deux modèles?

    J’utilise l’Evo64 2eme version et il y a une sorte de bouton poussoir vers l’arrière gauche de la bague qui permet de débloquer celle-ci pour un ajustement par crans.

    Je n’ai pas eu encore la possibilité de voir de près un SJ, est-il sans crans et donc encore plus précis en terme de réglage?

    Je n’ai jamais non plus essayé un réglage sur l’Evo64 entre deux crans, cela tient en place?

    Merci d’avance pour votre réponse et bonnes fêtes de fin d’années.

    Cordialement,

    Alexis

    • Sébastien RACINEUX dit :

      Bonjour Alexis,
      Le système de réglage est identique entre les deux moulins (réglage continu), la seule différence est la présence du bouton poussoir qui évite le déréglage de la couronne sur le Fiorenzato. Les 2 sont aussi précis (fabrication légèrement meilleure sur le Mazzer).
      Cordialement,
      Sébastien

  2. Lorenzo dit :

    Merci Sebastien pour ta réponse,

    Mais comment font les gens avec leur doserless,
    je les imagine mal mélanger leur mouture au préalable.
    Toi qui as les deux types de moulins, fais-tu quelques chose en plus avec ton moulin à cône?
    J’ai une silvia, donc pas de monter en pression progressive, le touillage est-il d’autant plus important?
    En touillant j’augmente mon extraction d’environ 5 sec,
    penses-tu qu’en réduisant la taille de la mouture je puisse obtenir quelques chose d’équivalent?
    Ou faut-il que je tasses d’une manière particulière pour m’éviter cette étape?

    Merci à toi

  3. Lorenzo dit :

    Bonjour Sebastien,

    je viens d’acquérir ce mazzer SJ Électronique neuf, j’avais le mini électronique auparavant. Il se trouve que la bague de réglage de la mouture à du jeu. Je m’explique, lorsque je la visse, dévisse, il y a un battement d’environ 1 mn ou il ne se passe rien, une espèce de butée de part et d’autre avant le moindre déplacement sur le filetage.
    Phénomène que je n’avais pas sur le mini e. Cela te parait normal ?

    Merci pour ta réponse

    • Sébastien RACINEUX dit :

      Bonjour,
      Est-il en noir mat ? Si c’est le cas, c’est parce-que Mazzer a été victime de la mode du mat. Je possède 2 Mazzer Super Jolly (un doserless et un doseur) et le plus ancien et en noir brillant et a très peu de jeu entre le porte-meule fixe et le corps du moulin. Le noir mat a plus de jeu : l’explication vient du fait que la peinture noire mate est bien plus fine, du coup il y a plus de jeu entre les 3 pions de centrage du porte-meule et le bâti du broyeur. D’ailleurs, il est aussi bien plus sensible aux éclats de peinture…
      Concrètement, cela ne pose pas plus de problème que ça lors du réglage.
      Bon café !

      • Lorenzo dit :

        Bonjour et merci pour ta rassurante réponse.
        Effectivement, il est noir mat. Et comme son petit frère n’as pas ce jeu (en gris classique)
        j’ai craint un soucis important.
        Par contre une fois les premiers bons réglages obtenus,
        je ne sais pas si c’est sous la pression du banquier,
        mais quelle différence en tasse par rapport au mini !

        Bref, de belles choses caféinées en perspective.

        Merci à toi.

        • Sébastien RACINEUX dit :

          Je confirme, le rendu en tasse est meilleur avec le SJ. Plus de corps et un meilleur équilibre.

          • Lorenzo dit :

            Bonjour Sébastien,
            J’aurai une question d’ordre psycho-technique…
            J’obtiens de meilleurs résultats et une tasse plus régulière en touillant au préalable,
            à l’aide du manche de mon pinceau, la mouture, dans un gobelet plastique, sortie du cône de mon SJ Elec …
            Visuellement ce qui sort du filtre monté sur un PF sans fond est un cône parfait,
            et du coup une extraction parfaite.
            Chose que je n’avais pas systématiquement en remplissant directement mon filtre, pourquoi penses-tu ?
            Le fait de touiller, homogénéise la mouture et prépare au tassage, casse les grumeaux (j’ai l’impression formé par cette grille censé produire l’inverse, mais on retrouve des petits paquets de la taille de la maille…),
            ou bien alors excite les arômes …

            Merci pour ta réponse

          • Sébastien RACINEUX dit :

            Bonjour Lorenzo,
            C’est normal, la distribution du café moulu dans le filtre est une étape très importante du process. C’est exactement ça, le fait de touiller permet d’homogénéiser la répartition de la taille des fragments de mouture et de casser les éventuels grumeaux. La petite grille limite le phénomène tout de même.
            C’est pourquoi le super jolly à doseur donne de meilleurs résultats que sont homologue doserless. Le doseur permet de mieux “préparer” la mouture.

  4. Philippe REUTENER dit :

    bonjour de suise , je recherche des pieces pour réparer un super jolly aut. no 98 129 40
    impossible d’avoir une réponse de Mazzer italie pour un revendeur de pieces en suisse
    je recherche le contacteur de haut de cuve de café moulu ,la palette est cassée ainsi qu’un jeu de “meules diam 64 mm pour monophasé (ca j’ai trouvé diffèrents sites c’est ok ) mais je veux connaitre les prix et la valeur ajoutée, taxe et douane et port avant de commander le tout, merci à tous de me répondre

  5. Totokro dit :

    Salut Seb.
    En comparant par rapport au fiorenzato niveau ergonomie et profil aromatique qu’elles sont tes conclusions?

    • Sébastien RACINEUX dit :

      Hello,
      C’est très proche. La différence se situe au niveau de l’utilisation : le Fiorenzato propose une meilleure distribution de la mouture, avec moins de grumeaux. Mais il offre une moins bonne répétabilité au niveau de la dose distribuée, du fait de sa plus grande vélocité de broyage.

  6. Sébastien dit :

    Merci Sébastien pour cette présentation détaillée.
    J’ai du mal à comprendre le positionnement de ce modèle par rapport au Mazzer Mini E, qui lui ressemble énormément d’après les photos. Plus “pro” peut être, grâce à ses meules SJ ?

    Sébastien.

    • Sébastien RACINEUX dit :

      Hello.
      Les deux sont des moulins destinés aux professionnels. Le mini est beaucoup plus lent. Il se destine à de plus petits débits, ou pour le décaféiné (historiquement le mini a été conçu afin de satisfaire cette demande).

      • Sébastien dit :

        Ah mais je viens juste de me rendre compte de ma méprise. J’ai cru que ce nouveau mazzer avait la même taille que le mini d’ou ma question! Mais pas du tout en fait…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *